http://www.atcr-aig.com

 Categorie: lutte contre le bruit
      Date: 16 juin 2011
     Titre: L'AIG communique ses axes de lutte contre le bruit
Voici ce que l'AIG communique sur son site (http://www.gva.ch) en matière de lutte contre le bruit des aéronefs (en date du 16.06.2011) - - > lien "lutte contre le bruit" du site gva.ch


Mesures actives


INCITATION FINANCIÈRE POUR LES COMPAGNIES AÉRIENNES


Depuis 1980, une surtaxe bruit est perçue auprès des compagnies aériennes pour les inciter à faire mouvement à Genève avec leurs avions les moins bruyants. Les appareils sont répertoriés en classes en fonction de leur niveau sonore (4 classes pour les avions à hélices et 5 classes pour les avions à réaction). Ces classifications sont périodiquement revues afin de tenir compte de l'évolution technologique et du renouvellement des flottes.

La surtaxe bruit et la surtaxe sur les émissions gazeuses s'ajoutent aux autres redevances perçues (feuille de calcul). Les recettes de ces deux surtaxes alimentent le "fonds environnement" de l'AIG affecté au financement des mesures de gestion de l’environnement. A ce jour, la diminution du produit de la surtaxe bruit malgré l'augmentation du trafic aérien montre que les avions qui font mouvement à Genève sont en moyenne de moins en moins bruyants.

CERTIFICATION DES AÉRONEFS

Les normes de certification acoustique des aéronefs sont élaborées par l'Organisation de l'aviation civile internationale (annexe 16 de l'OACI). Elles font partie intégrante de la réglementation suisse et sont périodiquement révisées. De plus en plus sévères, elles constituent l'instrument de lutte à la source le plus efficace contre les nuisances sonores.

Depuis le 1er avril 2002, les avions à réaction qui ne répondent pas aux normes les plus sévères de l'OACI, avions certifiés selon le Chapitre 2 de l'annexe 16, sont interdits en Suisse. Depuis 1997, Genève Aéroport leur avait déjà interdit le décollage entre 20h et 7h afin de mieux préserver la tranquillité des riverains de l'aéroport.



Mesures passives


PROCÉDURES À MOINDRE BRUIT

Dès les années '70, un ensemble de procédures d'approche, d'atterrissage et de décollage a été conçu et périodiquement révisé en vue de limiter le nombre de personnes touchées par les émissions de bruit des aéronefs. Ces procédures à moindre bruit portent sur les trajectoires des avions mais également sur l'emploi de divers dispositifs influant sur le niveau sonore (usage des inverseurs de poussée après l'atterrissage par exemple).

LIMITATION DU TRAFIC NOCTURNE

Bien que l'aéroport doive être ouvert en permanence conformément à la concession fédérale d'exploitation, le trafic entre 22h et 6h est strictement limité. Les vols de nuit sont réglementés par les articles 39 et 39a de l’Ordonnance sur l’infrastructure aéronautique (OSIA).

Les mouvements de vols non commerciaux sont interdits entre 22h et 6h.

Entre 22h et minuit, sont autorisés:
1. les décollages des vols commerciaux d’une distance de plus de 5'000 km sans escale avec des avions dont les émissions ne dépassent pas l’indice de bruit 98;
2. les décollages des vols commerciaux avec des avions dont les émissions ne dépassent pas l’indice de bruit 96;
3. les atterrissages des vols commerciaux.

Aucun vol n'est programmé entre minuit et 6h, seuls sont autorisés les vols de recherche et de sauvetage, des vols d’ambulance et de police, les vols de secours en cas de catastrophe, les vols d’avions militaires suisses et les vols d’aéronefs d’Etat autorisés par l’Office fédéral de l'aviation civile (OFAC).

La proportion de vols de nuit (entre 22h et 6h) reste faible (4% des mouvements totaux). Les atterrissages représentent plus de 80% des mouvements entre 22h et minuit.

LUTTE CONTRE LE BRUIT AU SOL

Entre 1998 et 2004, les 21 principales positions de stationnement d'avions ont progressivement été équipées avec des systèmes fixes de fourniture d'électricité et d'air préconditionné. La pollution et le bruit des avions au sol sont ainsi sensiblement réduits suite à la limitation de l'utilisation des moteurs auxiliaires embarqués.

Des ouvrages anti-bruit ont été mis en place pour limiter la propagation des nuisances sonores. Depuis 1985, les essais moteurs pour tous les avions de petite taille se font exclusivement dans un amortisseur de bruit. Deux buttes de terre (du côté de la douane de Ferney-Voltaire et en direction du quartier de la Citadelle de Meyrin) ainsi qu'un mur anti-bruit ceinturant partiellement le centre d'aviation générale limitent le bruit des avions circulant au sol. Côté ville, les bâtiments aéroportuaires (aérogare, hangars, Centre Swissair-IATA) et les halles de Palexpo forment un écran anti-bruit pour certains quartiers des communes du Grand-Saconnex, de Meyrin et de Vernier.