Vous êtes ici: actualités >> impact environnemental
Alors que s'accroit la prise de conscience de l'impact de l'homme sur son environnement, on ne peut se limiter aux seuls aspects du bruit aérien lorsqu'on analyse l'aéroport et ses riverains. 

28 novembre 2015 | impact environnemental
Posté par : jcarav
L’extension prévue d’ici 2030 de l’aéroport de Genève interpelle sur les questions environnementales, à deux jours du début de la conférence de l’ONU sur le climat. Face à la direction qui promet des investissements à haute efficience énergétique, une ONG conteste les prévisions et la hausse de passagers prévue. «Nous nous préoccupons de l’impact environnemental. On ne se moque pas» dans ce domaine, a indiqué hier à Genève la présidente de l’aéroport, Corine Moinat, lors de son premier débat public depuis son entrée en fonction début janvier.

L’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) a mandaté une étude qui a conclu, il y a quelques mois, que le nombre de passagers passerait de 15 à 25 millions d’ici à 2030. Un chiffre contesté par l’organisation non gouvernementale (ONG) Noé21 qui dénonce les méthodes utilisées pour cette évaluation. Face à Mme Moinat, le coordinateur de Noé 21 Philippe de Rougemont a dévoilé une autre estimation à 17 millions de passagers. Il a encore souligné que l’aviation à Genève contribue déjà trop aux émissions de CO2.

Il ne faut pas pour autant retarder les investissements nécessaires pour rester compétitifs, selon la présidente. Au cœur du débat, l’aile est, budgétisée à plus de 600 millions de francs, qui doit remplacer un pavillon provisoire datant du milieu des années 1970.

Parmi les mesures, l’aéroport renvoie aux engagements de l’industrie aérienne. Celle-ci devrait s’engager à diminuer de 50% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Quant à l’aile est, elle est prévue avec une haute performance énergétique.

Mercredi, le président du Conseil d’Etat genevois François Longchamp avait lui appelé à une remise en question de certains comportements des usagers. Outre les volets écologiques, les nuisances sonores et la valeur des terrains préoccupent. En 2030, 235’000 mouvements annuels devraient concerner le site, soit un toutes les 90 secondes. Quelque 18’000 personnes seront impactées par le bruit et 400’000 m2 devraient être inconstructibles.

ats, édition en ligne de La Liberté
26 novembre 2015 | impact environnemental
Posté par : jcarav
Le canton de Genève se dote d’un plan climat pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici à 2030, parrapport à 1990. Les six axes stratégiques retenus vont de la réduction des énergies fossiles dans le bâti et la mobilité à la protection de la population. Il s’agit de «contribuer de manière déterminante à tenter de limiter les dégâts, qui sont déjà irréversibles», a indiqué mercredi devant les médias François Longchamp, président du Conseil d’Etat. Le premier volet de ce plan dresse un état des lieux et définit les objectifs globaux et les axes stratégiques. Dans le second volet, annoncé pour 2016, seront élaborées les mesures concrètes.

En 2012, le canton a émis près de 4,3 millions de tonnes de CO2. L’essentiel des émissions cantonales provient desbâtiments (46%), de la consommation (31%) et de la mobilité (20%).

Trop difficile à déterminer, la part des émissions provenant du trafic aérien de l’aéroport ne figure toutefois pas dans ce chiffre. «La part du transport aérien est très importante. Il faut stabiliser voire réduire ces émissions-là», a précisé le magistrat, qui évoque une remise en question de certains comportements, comme les déplacements aériens bon marché le temps d’un week-end. Le canton pourrait exiger la fixation du prix juste pour les vols. Il pourrait aussi favoriser la venue d’avions plus gros, plus économes en matière d’émissions que les vols low cost.

Dans le cadre de la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici à 2030, le canton envisage de se mettre à amender les propriétaires qui n’ont pas respecté l’obligation d’assainir leurs fenêtres, a fait savoir le conseiller d’Etat Antonio Hodgers. 

Le Courrier, 26 novembre 2015, (ATS)
26 novembre 2015 | impact environnemental
Posté par : jcarav
Le gouvernement se fixe des objectifs ambitieux, y compris pour l’aviation

<< <  Page  2 sur 5  > >>


30 juin 2017
Catégorie : impact environnemental
Posté par : jcarav
06 juin 2017
Catégorie : impact environnemental
Posté par : jcarav
Les dirigeants de l’AIG ont présenté un rapport sur le développement durables. Mais la croissance continue du nombre de vols n’est pas remise en question
03 juin 2017
Catégorie : impact environnemental
Posté par : jcarav
Genève Aéroport a sorti son rapport bisannuel de développement durable, pour montrer ses engagements en la matière
28 novembre 2015
Catégorie : impact environnemental
Posté par : jcarav
26 novembre 2015
Catégorie : impact environnemental
Posté par : jcarav
26 novembre 2015
Catégorie : impact environnemental
Posté par : jcarav
Le gouvernement se fixe des objectifs ambitieux, y compris pour l’aviation

22 janvier 2015
Catégorie : impact environnemental
Posté par : jcarav
01 juin 2013
Catégorie : impact environnemental
Posté par : jcarav
Nous, les Suisses, aimons prendre l’avion et commençons nos vacances à l’étranger dans quatre cas sur dix à l’aéroport. C’est tellement avantageux. Le changement climatique et le bruit du trafic aérien devraient cependant nous pousser à arrêter d’emprunter ce moyen de transport.
25 avril 2013
Catégorie : impact environnemental
Posté par : jcarav
AÉROPORT DE GENÈVE - Avec une redevance de 21,35 francs par billet, l’aéroport de Cointrin est très attractif pour les compagnies low cost.
27 septembre 2011
Catégorie : impact environnemental
Posté par : jcarav
ENVIRONNEMENT - Une manifestation a dénoncé samedi le rôle du trafic aérien dans la production de gaz à effet de serre.

Page  1 sur 2  > >>

site crée par PixInside S.A.