Vous êtes ici: actualités
Les sujets actuellement sensibles abordés ici sont:
- les vols tardifs (soir et nuit), et les retards
les trajectoires de vol,
l'aviation légère,
les hélicoptères,
- la lutte contre le bruit,
- l'extension de l'aéroport,
- l'impact environnemental (autre que le bruit),
- le plan sectoriel de l'infrastructure aéronautique (PSIA).




19 juillet 2019 | actualité
Posté par : jcarav

Coup sur coup, la « Tribune de Genève » du 13 juillet annonce que la Suisse est l’un des pires pays au monde en matière de vols en retard, concluant que les choses ne vont pas s’améliorer à l’horizon 2030, et que la principale compagnie aérienne à Genève, Easyjet, offre des conditions de travail de plus en plus difficiles pour les pilotes et donc inquiétantes pour la sécurité de tous.

Rien de nouveau dans le ciel ! Le rapport du Conseil fédéral sur la politique aéronautique arrivait déjà à la conclusion que les infrastructures étaient saturées et que les problèmes allaient s’aggraver. Ces constats n’ont toutefois pas amené nos sept Sages à se poser la question d’un autre développement possible. Leur conclusion est accablante de simplicité et d’aveuglement : bien que la croissance des vols implique de sévères dégradations sur l’environnement, le climat et la santé des populations, et que l’optimisation des aéroports ne permettra pas de trouver des réponses à la saturation, il faut malgré tout qu’ils puissent continuer à répondre à la demande, à toutes les demandes. Fuite en avant toute !

Il est donc temps que les citoyens aient leur mot à dire afin de corriger les aberrations d’une politique aéroportuaire définie exclusivement en vase clos.

C’est la chance qui nous est offerte en novembre prochain avec le vote sur l’initiative de la Carpe pour un pilotage démocratique de l’aéroport, qui donnera enfin l’occasion aux citoyens de reprendre un peu le contrôle d’une politique devenue complètement irrationnelle.


(Tribune de Genève, 19 juillet 2019, Yvan Rochat, président de l’ATCR-AIG (Association transfrontalière des communes riveraines de l’aéroport international de Genève))

05 juillet 2019 | lutte contre le bruit
Posté par : jcarav

Moins de trafic entre 22 h et minuit, nouvelle sortie de piste et taxe moindre pour les avions peu bruyants

29 mai 2019 | actualité
Posté par : jcarav

Le Conseil d'Etat a approuvé la nouvelle convention d'objectifs entre la République et canton de Genève et l'Aéroport international de Genève (AIG) pour les années 2019 à juin 2024. La convention fixe les jalons essentiels du développement et de l'exploitation maîtrisés de la plateforme aéroportuaire, y compris son accessibilité terrestre.

La première convention, signée entre les parties en 2016, devait prendre fin en décembre 2019. L’anticipation de son renouvellement s'inscrit dans une logique de conformité avec les engagements pris par le Conseil d’Etat dans son programme de législature 2018-2023 et dans le prolongement de l’adoption de la fiche du Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (fiche PSIA), adoptée par le Conseil fédéral le 14 novembre dernier.

La nouvelle convention est par ailleurs totalement en phase avec le dossier de modification de son règlement d'exploitation matérialisant la fiche PSIA adoptée en novembre dernier, qui va être déposé selon la procédure en vigueur par l’AIG auprès de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) en juin prochain.

Après avoir connu un développement très important au cours des dernières années en lien avec la santé économique de la région, et même si l’AIG connaît actuellement un fléchissement de sa croissance, la sensibilité environnementale autour des activités déployées par l’AIG s’est accrue. Son avenir doit désormais reposer sur une exploitation dont le développement est maîtrisé par une approche environnementale renforcée.

La convention d’objectifs et la fiche PSIA en sont les fondements. Ainsi, la convention met particulièrement l’accent sur le renforcement de la collaboration avec les communes riveraines et les associations de riverains, dans une approche régionale, et sur la limitation de l'impact sur la population et sur l'environnement de l’exploitation de l’AIG, malgré le fait qu’une augmentation du nombre de passagers est encore attendue dans les années à venir.

Le partenariat à renforcer va aussi reposer sur la création d'une instance spécifique concernant la façade sud de l’AIG, composée de membres de l'Etat, de l'AIG et des communes riveraines, pour coordonner les thématiques en lien avec la mobilité, l'urbanisation, les interfaces de l'aéroport et le développement économique.

La convention d’objectifs traite ainsi de manière détaillée du volet de l’accessibilité terrestre au regard de la période charnière dans laquelle se trouve l'AIG, qui est au cœur d'un vaste chantier d'infrastructures destinées à garantir une mobilité optimale pour le public. La gare de Cointrin, qui sera directement reliée au Léman Express, renforce ainsi son rôle de pierre angulaire pour les différents développements urbanistiques dans le secteur.

La thématique du bruit occupe inévitablement une place importante dans la convention, concrétisant la volonté du Conseil d’Etat et des instances dirigeantes de l’AIG de juguler les nuisances par la stabilisation, puis la réduction de l'empreinte sonore du trafic aérien à Genève. En ce sens, plusieurs mesures sont décidées, notamment l’interdiction des décollages planifiés après 22h, à l’exception de trois vols intercontinentaux par des avions nouvelle génération et la diminution des retards de vols planifiés avant 22h mais décollant après 22h. De manière plus générale, il conviendra de favoriser les avions présentant les meilleures performances acoustiques.

Qualité de l'air, conditions de travail ou passation de marchés publics sont encore autant de sujets traités dans cette nouvelle convention, laquelle est accessible au public sur le site de l’Etat et également sur le site de l'AIG.

La prochaine grande étape pour l'AIG sera donc le dépôt auprès de l'OFAC du dossier de demande de modification de son règlement d'exploitation, ainsi que la détermination du nouveau bruit admissible, qui influencera les politiques d’aménagement et de police des constructions du canton afin de mettre en œuvre les mesures nécessaires au respect du cadre posé par le PSIA.

 

Pour toute information complémentaire : M. Serge Dal Busco, conseiller d'Etat, en contactant M. Yves Bellégo, chargé de communication, DI, T. 022 546 76 06 / 076 615 69 56.

 

(Communiqué de presse du Conseil d’Etat, 29 mai 2019)

Page  1 sur 53  > >>

10 décembre 2005
Catégorie : PSIA
Posté par : jcarav
Condensé

30 novembre 2005
Catégorie : vols de nuit et retards
Posté par : jcarav
Séance AIG-ATCR du 30.11.2005
30 novembre 2005
Catégorie : aviation légère
Posté par : jcarav
Réunion AIG-ATCR du 30.11.2005
29 juin 2005
Catégorie : aviation légère
Posté par : jcarav

Séance du 29.06.2005 entre l'AIG et l'ATCR

29 juin 2005
Catégorie : vols de nuit et retards
Posté par : jcarav
Séance du 29.06.2005 entre l'AIG et l'ATCR
02 mars 2005
Catégorie : vols de nuit et retards
Posté par : jcarav
Discussion entre l'AIG et l'ATCR lors de la réunion du 02.03.2005
02 mars 2005
Catégorie : aviation légère
Posté par : jcarav
Groupe de travail "aviation légère" (GTAL)
30 juin 2004
Catégorie : les trajectoires de vol
Posté par : jcarav
Séance AIG-ATCR 30.06.2004

<< <  Page  16 sur 16


site crée par PixInside S.A.