Vous êtes ici: actualités
Les sujets actuellement sensibles abordés ici sont:
- les vols tardifs (soir et nuit), et les retards
les trajectoires de vol,
l'aviation légère,
les hélicoptères,
- la lutte contre le bruit,
- l'extension de l'aéroport,
- l'impact environnemental (autre que le bruit),
- le plan sectoriel de l'infrastructure aéronautique (PSIA).

http://www.atcr-aig.com//news/123/15/Un-mur-de-buildings-ne-coupe-pas-le-bruit-des-avions
03 octobre 2016

«Un mur de buildings ne coupe pas le bruit des avions»

Un nouveau quartier se dessine autour de l’aéroport. Un riverain, ex-employé du CERN, prévoit d’«insupportables» nuisances sonores


Un avion décolle au moment où Serge Reynaud nous reconduit à la porte de sa villa située au chemin de Joinville, dans le quartier «ouest» de Cointrin. Le vrombissement de l’appareil semble provenir des Avanchets et non du tarmac. «Voilà ce que je vous expliquais! Le son de l’avion se réfléchit sur la villa d’en face, comme l’image sur un miroir. On croit qu’il provient d’en face alors qu’il vient de derrière, explique l’ancien coordinateur technique du CERN, spécialiste des ondes sonores. S’il y a plusieurs immeubles, le bruit s’apparentera au brouhaha que l’on entend quand un avion passe au-dessus d’une montagne.»

«Un message trompeur»

Comme ses voisins de Cointrin, Serge Reynaud a assisté en avril à la séance d’information organisée par le Département de l’aménagement (DALE) du conseiller d’Etat Antonio Hodgers. Il en est ressorti «choqué». L’Etat y a présenté les modifications de zones prévues à Cointrin dans le cadre du grand projet Vernier-Meyrin- Aéroport. Il s’agit d’ériger de hauts immeubles de bureaux le long de l’autoroute, faisant office à la fois de vitrine économique et de mur antibruit, et de transformer des zones villas en quartiers d’immeubles de logement.

Un point chiffonne Serge Reynaud: «Monsieur Hodgers a parlé de qualité de vie dans le quartier, protégé du bruit par les buildings qui formeront la vitrine économique. C’est un message trompeur, voire mensonger venant d’experts. Ces immeubles nous couperont peut-être du bruit de l’autoroute mais pas de celui des avions!»

Le retraité est catégorique: «En se réfléchissant d’un immeuble à l’autre, le bruit des avions sera insupportable pour les riverains et ce, indépendamment de l’agrandissement de l’aéroport.»

Le Conseil municipal de Meyrin sera bientôt appelé à s’exprimer sur les modifications de zones de Cointrin. En mars, la question sera transmise au Grand Conseil. Serge Reynaud a déjà présenté ses conclusions à la commission du Municipal. Le Service de l’air, du bruit et des rayonnements non ionisants a, quant à lui, donné un préavis positif. «La modification de zone est conforme au cadre légal, explique Philippe Royer, son directeur. Le cadastre établi par la Confédération calcule le bruit moyen sur une période horaire de la journée, soit entre 6 h et 22 h, mais effectivement pas la réflexion du bruit sur les façades ni le bruit au décollage.» Le directeur garantit que le confort acoustique sera malgré tout pris en compte, mais dans un deuxième temps: «Au moment de l’établissement d’un plan localisé de quartier.»

«Des pistes de réflexion»

Ce document donnera la forme urbaine des futurs quartiers. Rien n’est donc encore défini. Pour régler la question du bruit des avions, «des pistes de réflexions existent, du point de vue de l’implantation des bâtiments, de l’agencement et du traitement des façades et de la végétalisation des espaces extérieurs», rassure Rafaèle Gross-Barras, chargée de communication du DALE.

Pour Serge Reynaud, aucun de ces éléments ne changera la donne. «Orienter les immeubles ne sert à rien car les avions bougent et le bruit se réfléchit d’un immeuble à l’autre, et ce d’autant plus sur des façades lisses», anticipe-t-il. Les façades végétalisées ne suffiront pas davantage à stopper le bruit. Une étude démontre qu’il faut une forêt dense de 100 mètres pour le piéger totalement.

Que propose-t-il donc? «Pour moi, il n’y a pas d’autres solutions que de ne pas prévoir d’habitations à proximité directe de l’aéroport. Trop de bruit peut nuire à la santé. On peut construire une vitrine économique basse et densifier la zone villa mais il faut garder un peu de gazon pour atténuer le bruit.» Un dernier point contesté par Philippe Royer: «Le bruit des avions se reflète tant sur le sol avec gazon que sur les façades.»

- - - - - - - - -

Cointrin Ouest et Est, les dates clés


Modification de zones de Cointrin Ouest:
L’enquête publique s’est déroulée en mai. Le préavis du Conseil municipal de Meyrin est prévu pour octobre. Les procédures d’opposition se dérouleront jusqu’à la fin de 2016 pour que le dossier puisse être transmis au Grand Conseil dans le courant du mois de mars 2017.

Modification de zones de Cointrin Est:
Une enquête publique s’était déroulée en 2011. Face à des oppositions, le projet avait été gelé. Le calendrier du projet est désormais le même que celui de Cointrin Ouest pour ce qui est du traitement par le Municipal, le Grand Conseil ou les procédures d’opposition.

- - - - - - - - -

(Tribune de Genève, lundi 03 octobre 2016, par Laure Gabus)

12 juin 2018
Catégorie : lutte contre le bruit
Posté par : jcarav
PETITION "POUR DES NUITS SANS BRUIT D'AVIONS" DE L'ASSOCIATION CESAR
24 mai 2018
Catégorie : lutte contre le bruit
Posté par : jcarav
Communiqué de presse du 24 mai 2018 à Berne
10 avril 2018
Catégorie : impact environnemental
Posté par : jcarav
Une coalition réclame de taxer les billets d’avion pour que les voyages en train retrouvent des couleurs
18 mars 2018
Catégorie : PSIA
Posté par : jcarav
15 mars 2018
Catégorie : PSIA
Posté par : jcarav
Représentant 476 000 habitants, 62 communes du Grand Genève ont renvoyé sa copie à l’Office fédéral de l’aviation civile.
15 mars 2018
Catégorie : PSIA
Posté par : jcarav
14 mars 2018
Catégorie : PSIA
Posté par : jcarav
14 mars 2018
Catégorie : PSIA
Posté par : jcarav
14 mars 2018
Catégorie : PSIA
Posté par : jcarav
62 communes représentant 476'000 habitants se mobilisent pour un développement raisonnable et raisonné de l’aéroport international de Genève. Aujourd’hui une lettre préavisant défavorablement le Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) a été envoyée à l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) lui demandant de reprendre l’étude du projet en intégrant les demandes des communes, des associations ainsi que des habitants et riverains.
09 mars 2018
Catégorie : PSIA
Posté par : jcarav
Lettre du jour

Page  1 sur 15  > >>


site crée par PixInside S.A.