Vous êtes ici: actualités >> extension de l'aéroport
http://www.atcr-aig.com//news/95/101/Il-y-aurait-25-millions-de-passagers-en-2030-Des-experts-refutent-le-chiffre
24 mai 2015

Il y aurait 25 millions de passagers en 2030? Des experts réfutent le chiffre

Les projets de développement de Cointrin se fondent sur un rapport allemand prévoyant une hausse de la fréquentation basée sur des calculs que certains spécialistes contestent sérieusement.

Ces pré­vi­sions semblent cu­rieu­se­ment fa­ciles à cal­cu­ler. Trop fa­ciles même. Et ses conclu­sions un rien sché­ma­tique: «Nous ne voyons au­cun obs­tacle à la crois­sance de l’Aé­ro­port in­ter­na­tio­nal de Genève.» Sous-en­ten­du: elle res­te­ra iden­tique à celle qu’il a connue ces dix der­nières an­nées. L’ex­per­tise com­man­dée par l’Of­fice fé­dé­ral de l’avia­tion ci­vile (OFAC) au­près du lea­der eu­ro­péen de conseils en avia­tion ci­vile, le bu­reau al­le­mand In­tra­plan Con­sult GmbH, sis à Mu­nich, est pour­tant dé­ter­mi­nante, car elle va dé­fi­nir, en grande par­tie, le dé­ve­lop­pe­ment des in­fra­struc­tures aé­ro­por­tuaires pour les vingt pro­chaines an­nées de Coin­trin.

 

Or, mal­gré la com­plexi­té de telles pro­jec­tions à long terme, pour In­tra­plan, l’af­faire semble simple et lim­pide: on prend la si­tua­tion ac­tuelle de l’arc lé­ma­nique et de la France voi­sine, on tire une ligne droite ascen­dante et on pour­suit sur ces mêmes don­nées. Dans cette mé­tho­do­lo­gie: le monde d’au­jourd’hui va se re­pro­duire de­main à l’iden­tique; sans au­cun chan­ge­ment no­toire et in­at­ten­du.

 

Pour preuve. Ex­traits de cette ex­per­tise. Pre­mière af­fir­ma­tion: «La po­pu­la­tion suisse va croître de 9,4% d’ici 2030, de 12,4% à Ge­nève, de 17,1% dans le can­ton de Vaud et de 17,4% en Haute-Sa­voie» (page 2 du rap­port de 61 pages). Deuxième af­fir­ma­tion: «Le pro­duit in­té­rieur brut (PIB) va croître de 2% en 2015, de 2,4% entre 2016-2020 et de 2,2% entre 2021 et 2030» (page 32). Troi­sième as­ser­tion: «Les prix des billets pour les vols de ligne conven­tion­nels vont res­ter constants jus­qu’en 2030 et ceux des com­pa­gnies low-cost vont aug­men­ter de 0,5%.» Ain­si, les clients de l’Aé­ro­port in­ter­na­tio­nal de Ge­nève (AIG) se­raient très peu sen­sibles à leur fluc­tua­tion; ce fac­teur­là ne sau­rait dès lors être un frein à leurs en­vies de voyage…

 

248 000 vols par an

 

Dans cette veine, il y eut donc 7,76 mil­lions de pas­sa­gers à l’AIG en 2000, puis 11,4 mil­lions en 2008 et, en­fin, 15 mil­lions en 2014; il y a au­ra donc 25 mil­lions de pas­sa­gers en 2030. C’est ma­thé­ma­tique: «Le nombre de pas­sa­gers à Ge­nève va croître de 14,45 mil­lions (chiffre de 2013, ndlr) à 18,3 mil­lions en 2020 et 25 mil­lions en 2030», af­firment les consul­tants al­le­mands qui pré­cisent en­core qu’ils ont choi­si une «op­tique pru­dente» de crois­sance de la de­mande, de 3,3% par an­née, «un taux en de­çà de la moyenne ob­ser­vée entre 1995 et 2013 et, sur­tout, entre 2002 et 2013 qui fut de 5,9%».

 

Re­tour sur terre. Ça vole dé­jà très fort dans le ciel ge­ne­vois, de 5 heures du ma­tin à 23 h 30 le soir, ne se­rait-ce que pour as­su­rer les vols taxis low-cost d’Ea­syJet. Mais là aus­si, le rap­port à scé­na­rio unique d’In­tra­plan ne voit pas de pro­blèmes: «Les mou­ve­ments an­nuels de vols vont pas­ser de 189 000 au­jourd’hui, à 212 000 en 2020, puis à 248 000 en 2030», soit un vol toutes les 90 se­condes, avec une seule piste tou­jours et sans vols de nuit.

 

De­puis des an­nées dé­jà, l’As­so­cia­tion des ri­ve­rains de l’Aé­ro­port de Ge­nève, puis les com­munes avoi­si­nantes alertent sur les nui­sances crois­santes de cet aé­ro­port en ville. Préoc­cu­pée par ces chiffres, Li­sa Maz­zone, pré­si­dente des Verts ge­ne­vois, a donc dé­ci­dé de pas­ser au crible scien­ti­fique ce rap­port d’In­tra­plan: «Nous avons man­da­té des ex­perts in­dé­pen­dants, in­gé­nieurs et phy­si­ciens EPF, re­grou­pés au sein de l’as­so­cia­tion Noé21, afin qu’ils réa­lisent pour nous une éva­lua­tion de la fia­bi­li­té scien­ti­fique des pré­vi­sions d’In­tra­plan».

 

«Etude trop som­maire»

 

Ques­tion­né, Jean-Luc Ber­tho­let, sta­tis­ti­cien pro­fes­seur à l’Uni­ver­si­té de Ge­nève, dé­nonce en pre­mier, dans un cour­rier dont nous avons eu co­pie, les la­cunes du­dit rap­port et ses conclu­sions: «L’étude pré­ci­tée est trop som­maire pour abou­tir à une conclu­sion so­lide.» Jé­rôme Stro­bel, phy­si­cien et co­au­teur de l’ex­per­tise, est en­core plus ex­pli­cite: «Comment peut-on ba­ser des pro­jec­tions sur un seul et unique scé­na­rio» alors qu’il existe des cen­taines de scé­na­rios de crois­sance, for­cé­ment aléa­toires, éla­bo­rés no­tam­ment par l’As­so­cia­tion in­ter­na­tio­nale du trans­port aé­rien (IA­TA) et aux­quels Berne semble res­ter sourd.

 

En un mois, car il y a ur­gence, les quatre cher­cheurs ont ain­si dé­cou­vert au moins cinq failles mé­tho­do­lo­giques im­por­tantes dans cette bible dé­ter­mi­niste. Voi­ci les plus saillantes. Pre­miè­re­ment, «l’ef­fet de sa­tu­ra­tion de la de­mande en tra­fic pas­sa­gers n’a pas été pris en compte», dé­montre ain­si Noé21 dans son ana­lyse bap­ti­sée «Pré­vi­sions du tra­fic aé­rien à Ge­nève: le diable se cache dans les hy­po­thèses». Or, et même en main­te­nant l’axiome d’une crois­sance sou­te­nue du PIB d’In­tra­plan, «ce choix pour­rait à lui seul en­gen­drer une sur­es­ti­ma­tion de l’ordre de 15%, soit quelque 3,5 mil­lions de pas­sa­gers pour la pré­vi­sion 2030».




Ge­nève est à sa­tu­ra­tion

 

La sa­tu­ra­tion de la de­mande pointe pour­tant son nez dans un mar­ché de­ve­nu ma­ture. Ain­si, se­lon une étude de Pri­ce­wa­te­rhou­seCoo­pers (PwC), la zone Ge­nève-Vaud-Haute-Sa­voie af­fiche dé­jà un taux de 4,8 voyages an­nuels par ha­bi­tant, alors qu’au­cun autre pays au monde ne dé­passe 4,5 voyages par ha­bi­tant. Pire: pour le seul can­ton de Ge­nève, le tra­fic est de 10,1 dé­pla­ce­ments an­nuels par ha­bi­tant, nour­ris­sons et no­na­gé­naires com­pris, ce qui fait de lui le cham­pion mon­dial toutes ca­té­go­ries.

 

Deuxiè­me­ment, les pro­jec­tions de crois­sance du PIB sont en­core plus su­jettes à cau­tion, du fait de son im­pré­vi­si­bi­li­té. Pour preuve: il au­ra suf­fi que la Banque na­tio­nale suisse sup­prime, en jan­vier der­nier, le taux plan­cher de 1,20 franc pour un eu­ro, pour que les pré­vi­sions de pro­gres­sion du PIB, dans les can­tons de Vaud et de Ge­nève chutent de moi­tié en 2015, à 1,1 ou 1,2%. En fin d’an­née 2014, on pré­voyait pour­tant en­core un beau 2% de crois­sance.

 

Ce­la dit, le clou, ce n’est pas Noé21 qui l’en­fonce, mais l’Uni­ver­si­té de tech­no­lo­gie de Chem­nitz (en Al­le­magne) qui a, en 2014, confron­té a pos­te­rio­ri 103 pré­vi­sions d’In­tra­plan avec la réa­li­té. Ré­sul­tat des courses: 70% d’entre elles ont un peu ou lar­ge­ment sur­es­ti­mé la crois­sance du tra­fic aé­rien dans les aé­ro­ports al­le­mands.

 

Berne dé­ci­de­ra en 2016

 

Dès lors, les au­teurs du «diable se cache dans les hy­po­thèses» ont mo­dé­li­sé un autre scé­na­rio fon­dé no­tam­ment sur une crois­sance mo­dé­rée. «Non pas pour se po­ser en ré­fé­rence, af­firme Jé­rôme Stro­bel, mais sim­ple­ment pour dé­mon­trer qu’en in­tro­dui­sant d’autres pré­misses qu’In­tra­plan, on ob­tient un ré­sul­tat sen­si­ble­ment dif­fé­rent.» A sa­voir un Aé­ro­port de Ge­nève de 17,5 mil­lions de pas­sa­gers à l’ho­ri­zon 2030 contre les 25 mil­lions du bu­reau mu­ni­chois.

 

«Au vu des ré­sul­tats de l’étude de Noé21, nous de­man­dons à l’OFAC de com­man­der ra­pi­de­ment une vé­ri­table ex­per­tise». Le temps presse. Fin 2016, le Con­seil fé­dé­ral dé­ter­mi­ne­ra le dé­ve­lop­pe­ment des in­fra­struc­tures aé­ro­por­tuaires de la Suisse, pour les vingt pro­chaines an­nées et tout se joue en ce mo­ment.


- - - - - - - - - - - - - - - - -


L'OFAC, l'Etat de Genève et l'AIG se rangent derrière le rapport Intraplan. A quelques réserves près…

 

Que pensent les instances concernées par cette expertise prévoyant 25 millions de passagers en 2030, à savoir l'Office fédéral de l'aviation civile, le Département genevois de la Sécurité et de l'économie (DSE) ainsi que l'Aéroport international de Genève? De légères nuances se dessinent entre elles.

 

Seconde expertise?

 

L'analyse critique de Noé21 - que ses auteurs n'ont pas encore transmis à Berne - va-t-elle interpeler l'OFAC pour solliciter une nouvelle expertise à un autre bureau? "Le rapport Intraplan a fait l'objet d'un examen interne, nous répond Martine Reymond, porte-parole de l'OFAC. Les résultats de l'étude sont validés et permettent de nourrir les réflexions, en vue d'élaborer la fiche du Plan sectoriel de l'infrastructure aéronautique (PSIA) de l'Aéroport de Genève." En clair, c'est non.

 

Fiabilité de l'étude

 

Sur ce point, les trois instances sont unanimes. "La méthodologie du bureau Intraplan est reconnue pour établir les pronostics du trafic aérien, affirme ainsi l'OFAC. Ce bureau a notamment établi une prévision de la demande du trafic aérien en Suisse en 2005. La même méthodologie est appliquée aujourd'hui." De son côté, Bertrand Stämpfli, porte-parole de l'Aéroport de Genève, ajoute qu'"Intraplan a été régulièrement sollicité par la Confédération et ses études sont réputées sérieuses."

 

Il nous précise encore que "l'AIG a fait ses propres estimations des besoins, basés sur d'autres modèles de calcul, qui nous font arriver aux mêmes chiffres". Enfin, Emmanuelle Lo Verso, secrétaire générale adjointe au DSE, estime que l'expertise d'Intraplan postule une croissance de 3% du trafic aérien par an, "ce qui semble cohérent". Par ailleurs, ajoute-t-elle, "le volume global est moins important que les pics de fréquentation ponctuels sur lesquels on se base pour dimensionner cette infrastructure."

 

Un PIB trop rose?

 

L'OFAC botte quelque peu en touche. Martine Reymond: "Le bureau Intraplan se fonde sur des sources officielles, notamment le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO)", en ce qui concerne les prévisions de croissance économique et démographique. Mais la porte-parole réfute totalement une approche linéaire des prévisions établies par Intraplan: "Sa méthodologie prend en compte de nombreux paramètres". Voire, ajoute-t-elle, "la modification de certains d'entre eux, s'écartant temporairement des hypothèses de base, n'est pas de nature à modifier substantiellement les prévisions de trafic".

 

Tout est-il joué?

 

Sur ce point, l'Etat de Genève est formel: "Le rapport d'Intraplan est un élément de référence, mais en aucun cas un objectif absolu. Les discussions relatives à l'extension de Genève Aéroport sont toujours en cours" affirme Emmanuelle Lo Verso, car la question à laquelle l'autorité politique doit réellement répondre est: "Dans quelles conditions Genève Aéroport va-t-il pouvoir continuer à satisfaire la demande, sachant qu'il doit continuer à assumer son rôle d'épine dorsale de l'économie régionale?" Et là, la messe n'est pas dite.

 

Le prix de l'étude

 

"58'500 francs", selon l'OFAC.

- - - - - - - - - - - - - - -

Le Matin Dimanche, 24 mai 2015, par Elisabeth Eckert


24 mai 2015
Catégorie : extension
Posté par : jcarav
L’étude sur le développement de Cointrin, qui prévoit un bond de 25 millions de passagers en 2030 contre 15 millions en 2014, est contestée par d’autres spécialistes

24 mai 2015
Catégorie : extension
Posté par : jcarav
Les projets de développement de Cointrin se fondent sur un rapport allemand prévoyant une hausse de la fréquentation basée sur des calculs que certains spécialistes contestent sérieusement.

31 mars 2015
Catégorie : extension
Posté par : jcarav
Le secteur oriental du tarmac genevois est au cœur de toutes les attentions. L’enjeu est de séduire principalement les long-courriers

31 mars 2015
Catégorie : extension
Posté par : jcarav

Cointrin a une nouvelle fois signé un exercice record l'an dernier. Mais le recul du fret en ce début d'année fait craindre un ralentissement économique

13 janvier 2015
Catégorie : extension
Posté par : jcarav
Cointrin a accueilli l’an passé 5% de passagers en plus. Le pic historique a franchi la barre des 15 millions

01 janvier 2015
Catégorie : extension
Posté par : jcarav
Publiées par l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC)


19 novembre 2014
Catégorie : extension
Posté par : jcarav
La compagnie low cost a annoncé mardi de nouveaux chiffres record. Le modèle à succès d’origine britannique a connu des hauts comme des bas. Décryptage

29 juillet 2014
Catégorie : extension
Posté par : jcarav

PrivateFly propose, en cas de réservation de dernière minute, des billets jusqu’à 75% moins chers. Wijet, partenaire VIP d’Air France à Genève, cherche aussi à démocratiser l’aviation de luxe

29 juillet 2014
Catégorie : extension
Posté par : jcarav


25 juillet 2014
Catégorie : extension
Posté par : jcarav

Accord • Pas d’avions supplémentaires prévus dans le projet de rénovation de l’aile est. Les associations environnementales se félicitent d’un «dialogue constructif».

Page  1 sur 3  > >>

site crée par PixInside S.A.